Biographie artistique
 

Au début de la décennie 90, après de longues années de tâtonnement, et d'esquisse à l'encre de chine, je réalise un collage de feuilles végétales; cette forme d'expression naturelle m'a séduit sur le plan esthétique et m'a orienté définitivement vers les matériaux et les symboles issus du vivant. En même temps que s'ouvrent des perspectives, surgissent des difficultés techniques (des problèmes de fixation, de conservation des matériaux biodégradables, de recherche de couleurs naturelles appropriées). A l'occasion d'un séjour dans la chaîne de l'Atlas, je découvre le liège, comme bien plus tard le bois mort fossilisé au fond des lacs des forets boréales du Bouclier canadien. A l'époque, les techniques confrontées à ces matériaux organiques m'ont amené au "contre-relief" puis à des constructions murales colorées en volume.

Au milieu de la décennie 90, à l'occasion d'autopsies et de dissections liées à mon autre métier de vétérinaire, s'est révélée à moi la beauté des corps internes. J'ai eu l'idée de récupérer alors des matériaux directement des corps biologique animal et végétal et de les faire revivre dans des sculptures. Après tout, l'art contemporain n'est-il pas un art d'expérimentation? Fasciné par cette démarche et surtout par un refus de tout modèle, j'ai découvert ainsi la matière osseuse, les cuirs, l'assèchement d'organe mou, les muscles et ligaments auxquels j'ai rajouté les différentes essences de bois et de résine que je connaissais déjà. Une matière qui aurait eu un patrimoine génétique, un vécu, une mort à l'image de l'homme. Cette démarche organique, voire alchimique, m'a permis de m'exprimer par le vivant, en reconstruisant celui-ci. J'ai la grande conviction dans ce regard scientifique qui semble à première vue fort éloigné, mais qui m'a ouvert les yeux en tant qu'artiste sur des champs non explorés menant à des approches surprenantes.

Ayant travaillé dans un laboratoire de microbiologie, cette fois-ci les formes organiques microscopiques, bactérie, virus, parasites m'ont aidé encore une fois à repenser à la forme globale des sculptures murales, en allant plus sérieusement prospecter dans l'univers microscopique cette fois-ci du vivants. Ici, une parenthèse doit être ouverte. Les esquisses préliminaires à ces sculptures sont vite devenus des %u0153uvres par elle-même ce qui m'a amené a percevoir les symboles de l'art islamique, africains, chinois mais aussi des art premiers, amérindiens, précolombiens, océaniens, préhistoriques%u2026et même du graffiti contemporain. On peut dès lors pratiquement parler de quête mystique.

English